Le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo

La publication de cette monographie voudrait rappeler le rôle et les causes de la fièvre en pratique courante dans le domaine de pédiatrie. Ces causes sont diverses et invitent le praticien averti à se comporter correctement en recherchant la cause possible, exercice qui exige la dotation des équipements et des médicaments appropriés pour la prise en charge correcte et efficiente.
En abordant un sujet pertinent comme celui-ci, le Dr Enerstine MULUBWE voulait démontrer dans notre milieu la complexité du problème et de l’environnement tropical favorable à l’éclosion des maladies fébriles dont les zoonoses virales, exigeant d’aborder la fièvre chez l’enfant avec l’approche multidimensionnelle.
Nous avons voulu en publiant ce projet de recherche doctorale, reconnaître le sens et le souci qui animaient le Dr Mulubwe, à contribuer à l’allégement de la souffrance de l’enfant imputable à la fièvre dans notre milieu.
Ce projet n’est pas finalisé à cause du décès brutal de Dr Mulubwe, morte comme un militaire au front du combat en Février 2019 à Bruxelles, pour finaliser ses recherches et élaborer la première version de sa thèse, laissant derrière elle un vide difficile à combler.
C’est dans ce contexte que nous avons voulu publier ce projet de recherche afin de sensibiliser les chercheurs de notre milieu en infectiologie et pathologie tropicale pour ne pas oublier la part de Zoonoses virales RVFV et CCHV dans la pathologie de l’enfant dont le Haut-Katanga.

Oscar LUBOYA NUMBI
MD, MPH, MMed  Ped, PhD
  Professeur Ordinaire


Environnement et épidémiologie de la fièvre de la vallée du Rift (FVR) dans le bassin inférieur du fleuve Sénégal

Le terme zoonose a été créé par Virchow au XIXème siècle à partir de deux racine grecques,  zoo animal, et nosos  maladies, non pas pour désigner une maladie des animaux mais une maladie due aux animaux.D’après l’OMS en 1959 et l’Union Européenne en 1992,  » les zoonoses sont des maladies et infections qui se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l’homme et vice-versa »(Pasquier et al. 2013)

Le virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (VFHCC ou CCHFV), appartenant au genre Nairovirusde la famille des Bunyaviridae, est transmis par les tiques et provoque une maladie grave chez l’être humain, tout en n’étant pas pathogène pour le ruminant, l’hôte amplificateur. Le CCHFV est un virus dont le génome est constitué de trois segments d’ARN monocaténaire de polarité négative.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *