Comments (2)

  1. Kumel Kumelundu Kasongo

    Répondre

    CT Kumel Kumelundu Kasongo,
    kumelundu@yahoo.fr
    +243 99 463 0011 & +243 81 033 7500
    Dpt de Sciences Biomédicales,
    Faculté de Médecine, UNILU

    Isolats de Salmonella enterica subspecie, sérovar Typhi des épidémies de Fièvre Typhoïde en République Démocratique du Congo.
    Profils d’antibiorésistance et caractérisation moléculaire.

    Introduction
    Contexte
    Les profils d’antibiorésistance des isolats de Salmonella Typhi des épidémies de la fièvre typhoïde, en RDC, ont été évalués eu égard à l’ampleur de ce fléau dans le monde. L’OMS estime que 210 000 à 840 000 personnes en meurent par an. L’Asie du Sud Est et l’Afrique subsaharienne restent particulièrement touchées et que la plupart de ces décès sont attribuables aux souches multirésistantes.
    Objectif
    Il a été déterminé les profils phénotypique et génotypique de l’antibiorésistance de Salmonella Typhi.
    Méthodes
    Les isolats typhiques, récoltés des zones concernées de la RDC ont été acheminés à l’INRB, de 2002 à 2014. Ces isolats ont été ensuite expédiés à Kenya Medical Research Institute (KEMRI) à Nairobi pour ce travail, de Juillet en Septembre 2016. Tout a débuté par l’examen systématique de l’intégrité physique des containers des spécimens, suivis de la culture et du sérotypage pour la sélection des 95 isolats. L’inoculum bactérien préparé pour une turbidité comparée à celle de l’étalon MacFarland 0,5 a été étalé sur la surface gélosée de Mueller-Hinton. Sur ce tapis bactérien, par isolat, 14 disques d’antimicrobiens, en raison de 7 par boite de Pétri en ont été déposés et incubé. Il s’agit de : Sulfamethoxazole-RL, Chloramphénicol-C, Triméthoprime-W, Ampicilline-AMP, Tétracycline-TE, Acide Nalidixique-NA, Amoxicilline-Acide clavulanique-AMC, Cefoxitine-FOX, Gentamicine-CN, Ciprofloxacine-CIP, Cefotaxime-CTX, Ceftazidime-CAZ, Ceftriaxone-CRO et Cefepime-FEP. L’ADN typhique extrait a été amplifié et les gènes chromosomiques de résistance détectés ont été révélés par la migration électrophorétique sur gel d’agarose.
    Les associations entre les gènes et les résistances ont été mesurées au Khi2 de Pearson à l’IC95% (OR), à P value ≤ 0,05.
    Résultats
    Les profils de résistance à chaque antimicrobien ont été : RL-87%, C4-8%, W-46%, AMP-42%, TE-22%, NA-8%, AMC-8%, FOX-4%, CN-2%, CIP-1%, CTX-1%, CAZ-0%, CRO-0% et FEP-0%. Les taux de résistance aux anciens et aux antimicrobiens de première ligne ont été, respectivement, de 49% et 0,5%. Les intégrons (intl-1) et les gènes β-lactamases d’antibiorésistance ont été détectés. Des associations mesurées entre les résistances RL-87%, C4-8%, W-46%, AMP-42%, TE-22% (anciens antimicrobiens de première ligne) et les intl-1 : 47,4% (P values respectives, 0,861, 0,861, 0,291, 0,555, 0,544), AMP-42% et blaTEM-1-33,7% (P : 0,562), AMP-42% et blaOXA-1-5.3% (P : 0,223), aucune n’a été, statistiquement, significative.
    Aucun gène blaCTX-M-1 n’a été détecté chez les isolats qui n’ont quasiment pas résisté aux Céphalosporines de 3ème génération (CTX-1%, CAZ-0%, CRO-0% et FEP-0%).
    Conclusion
    50% de souches multirésistantes de Salmonella Typhi de cette étude constitue un réel défi en RDC dans la lutte contre l’émergence du phénomène d’antibiorésistance.

    Mots clés : Isolats Salmonella Typhi, Antibiorésistance, caractérisation moléculaire épidémies de Fièvre Typhoïde,
    INRB, RDC, KEMRI, Nairobi.

  2. Kumel Kumelundu Kasongo

    Répondre

    With all pleasure to sharing warmly with you.
    Best regards,
    Kumel

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *